Tuesday, June 03, 2008

Mulroney's long time spokesperson present at Couillard interview with TVA

La Presse reports today on Lavoie's attendance at the Couillard interview and further, that before the bikers, there was...the mafia:
Avant de rencontrer le ministre conservateur Maxime Bernier, Julie Couillard n'avait pas été la conjointe de seulement trois hommes liés au crime organisé, mais bien de quatre. Selon les informations obtenues par La Presse, elle a aussi fréquenté le caïd Tony Volpato, homme de confiance et grand ami de feu Frank Cotroni, chef du clan calabrais à Montréal.

Mme Couillard, qui se présente au public comme une femme d'affaires victime des médias, a fréquenté Volpato au début des années 90. Elle était alors dans la jeune vingtaine, tandis que l'influent mafioso venait de passer le cap des 45 ans. Au moment où il sortait avec elle, Volpato faisait l'objet d'une enquête pour du trafic de cigarettes impliquant des trafiquants de la réserve de Kahnawake.

La preuve contre Volpato reposait essentiellement sur l'écoute électronique. Il en ressort qu'il était le représentant «d'un groupe de financiers» auprès des contrebandiers, en l'occurrence des warriors de Kahnawake et les membres d'un réseau dirigé par Roger Ouellette, bien connu dans la région de Lanaudière. En 1997, Volpato a écopé d'une amende de 8000$ relativement à cette affaire.

La même année, Volpato a été condamné à six ans de pénitencier pour sa participation à un complot d'importation de 180 kg de cocaïne. La preuve a démontré qu'il était un intermédiaire entre le clan Cotroni et des agents doubles de la GRC qui avaient piégé l'organisation mafieuse en acceptant de s'occuper du transport de la drogue. Volpato était aussi en liaison avec le parrain sicilien, Vito Rizzuto, qui détenait le pouvoir à Montréal et ailleurs au Canada, jusqu'à son arrestation en 2001.
What a quagmire Bernier has brought to the Conservative party in Quebec. The Foreign Affairs Minister seems to have been an exception to the pattern in Ms. Couillard's life. This news furthers the point that it's a ridiculous assertion that the Prime Minister or anyone around him did not know of her background or that security checks would not have been done. Why they refuse to admit that much seems to be needless stonewalling at this point.

Also from the report, news that Brian Mulroney's long time spokesperson Luc Lavoie was present during the TVA interview with Julie Couillard.
Fait inusité, le vice-président aux Affaires corporatives du Groupe Quebecor et ancien porte-parole de Brian Mulroney, Luc Lavoie, était présent lors de l'entrevue que le journaliste Paul Larocque a réalisée avec Julie Couillard sur les ondes de TVA, la semaine dernière.

Selon plusieurs sources qui ont parlé à La Presse hier, la présence de l'homme d'affaires aux côtés des journalistes lors de cet entretien en a fait sourciller plus d'un.
Lavoie is Executive Vice President, Corporate Affairs for Quebecor, which owns TVA. Now why would a person with significant ties to Conservative politics be present at the Couillard interview? To perhaps steer the interview or cut off questions that might embarrass somebody? Is Mr. Lavoie in the habit of attending TVA interviews? (I think we know the answer to that one.) Who asked him to attend this interview? Hmmm?