Wednesday, December 29, 2010

Andre Pratte suggests Quebec voters abandon Bloc, go Liberal

This is notable, from the influential Andre Pratte, a column stating that Quebecers should think twice about the logic of voting for the Bloc in the next election if they truly want to ensure the Conservatives are defeated:
Il existe pourtant une solution à cette impasse. Cette solution, ce sont les Québécois qui l'ont entre les mains. Depuis plus de 15 ans, la majorité des électeurs de la province ont renoncé à influencer le résultat des scrutins fédéraux. Ils laissent les autres Canadiens choisir ceux qui gouverneront le pays, préférant se doter d'une police d'assurance sous la forme du Bloc québécois. Ainsi, ils sont certains qu'une formation politique à Ottawa défendra les intérêts du Québec sans faire de compromis. Au pouvoir nécessairement pragmatique, ils préfèrent l'opposition pure, par conséquent irréaliste. Tout indique que les Québécois adopteront la même stratégie lors des prochaines élections fédérales. Ils devraient pourtant y penser à deux fois.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, fera campagne en répétant que «le seul parti en mesure d'empêcher Stephen Harper d'avoir le chemin libre avec une majorité, c'est le Bloc québécois». On doit comprendre que si les Québécois veulent le statu quo, c'est-à-dire un gouvernement Harper minoritaire à Ottawa, ils devraient voter Bloc. Mais que doivent-ils faire s'ils veulent chasser les conservateurs du pouvoir? Voter Bloc ne leur servira à rien. C'est le point de vue que martèlera le chef libéral, Michael Ignatieff, selon ce qu'il a confié en entrevue dimanche. «Je dirai aux Canadiens: 'Si vous voulez quatre autres années de gouvernement Harper, votez Bloc, NPD ou Vert. Si vous voulez vous débarrasser de M. Harper et cherchez une solution de rechange compatissante et responsable, il vous faut voter libéral'.»

Le raisonnement est blindé: si les Québécois ne veulent plus du gouvernement Harper, ils doivent se joindre aux autres Canadiens qui pensent comme eux et voter pour le seul parti autre que le Parti conservateur ayant des chances de prendre le pouvoir.

Certes, Michael Ignatieff laisse froid la plupart des Québécois. Cependant, au moment de voter, les électeurs ne devraient pas se demander si M. Ignatieff est le politicien de leurs rêves. Les questions fondamentales du prochain scrutin seront plutôt les suivantes: est-ce que je veux que les conservateurs soient battus? Est-ce que je souhaite que le Québec joue un rôle important dans le prochain gouvernement du Canada? L'électeur qui répondra oui à ces deux questions devrait, en toute logique, délaisser le Bloc québécois.
(Translation) That is big. Recall that Pratte wrote a blistering editorial critique of the Conservatives for their cancellation of the long-form census: "...one of the most incompetent and harmful governments this country has ever known." It's not necessarily surprising, then, to see such musings as above. If one truly believes that, it's a logical next step to cut to the quick of how to get rid of that epically harmful government.

For an influential voice like Pratte's to suggest that Bloc voters - who have been steadfast - reconsider what they're doing, it could be the start of some stirring in Quebec, a new opening for Liberals.