Wednesday, March 07, 2012

Today in party leader or Prime Minister?

This is nicely done, leader or Prime Minister, Manon Cornellier asks:
Il y a moins de deux semaines, le 23 février bien précisément, Postmedia News révélait qu'Élections Canada menait une enquête sur des appels frauduleux faits dans la circonscription de Guelph et que sa première piste l'avait mené jusqu'à une entreprise spécialisée dans les appels automatisés proche des conservateurs. Les allégations dans cette affaire sont graves. Le message enregistré, faussement attribué à Élections Canada, n'avait qu'un but, détourner les électeurs de leur véritable bureau de scrutin.

Le jour même, à Iqaluit, le premier ministre Stephen Harper est interpellé par les journalistes présents. Sa réponse, donnée sur un ton neutre, se limite à nier toute participation de son parti à ce stratagème et à dire qu'il s'attend à ce quiconque a enfreint la loi en subisse toutes les conséquences. Il n'émet aucune condamnation sentie de cette atteinte directe à l'intégrité du processus électoral. Il ne s'engage pas à déployer toutes les ressources nécessaires pour faire la lumière dans cette affaire.

Ce n'est qu'hier, 13 jours plus tard, qu'il a finalement dit aux Communes qu'il jugeait «totalement inacceptables» les gestes posés dans Guelph. Sinon, lui et ses secrétaires parlementaires n'ont eu, depuis deux semaines, qu'une seule préoccupation, défendre leur parti.
...
Ce qui nuit aussi a leur crédibilité est leur refus de partager l'indignation générale devant ce qui pourrait être un cas unique de fraude électorale.

M. Harper est chef de son parti, mais aussi le premier ministre de tous les Canadiens. Et un premier ministre a le devoir de défendre l'intégrité du processus électoral et du système démocratique sur lesquels repose la légitimité de son gouvernement.
Exactly! That is indeed the story of the deficient Harper performance of the last few weeks in the House of Commons. As noted here, Harper is likely using words such as "unacceptable" now to describe the Guelph situation as he is watching public opinion develop, this week's damning Angus Reid poll for example, cited at the link as well.

Here's one other thing a Prime Minister should be doing...saying yes to the Chief Electoral Officer when he asks for a basic power of investigation while the integrity of the electoral system is under fire. Should be a no-brainer for a Prime Minister who puts the national interest - and not his party's - first.