Thursday, November 01, 2012

André Pratte on Montreal Mayor Gerald Tremblay

This is essentially a call for the Mayor's resignation from the influential Pratte. Written in the wake of the tawdry cross-examination of witness Martin Dumont before the Charbonneau commission by the lawyer for Union Montreal. Union Montreal is Mayor Tremblay's party. Here's Pratte:
Et qui est le chef de ce parti nauséabond? Gérald Tremblay. Ce qu'a dit mardi Martin Dumont sur ce que savait le maire du financement occulte de son parti n'est peut-être pas exact. Il faudra attendre le témoignage de M. Tremblay devant la commission avant d'évaluer précisément le niveau de sa responsabilité dans les différents rouages du système de collusion et de corruption.
Toutefois, quoi qu'il ressorte de ce témoignage, il est clair depuis des lunes que le maire ne jouit plus de l'autorité morale pour gouverner la Ville. Selon la rumeur, il annoncera bientôt qu'il ne sera pas candidat aux élections de 2013. Ça n'est pas suffisant.
Le contre-interrogatoire répugnant mené hier par l'avocat du parti du maire n'est qu'un incident de plus montrant combien la situation est devenue malsaine. Mardi, M. Tremblay demandait qu'on le laisse «travailler pour la Ville de Montréal». Pourtant, ce n'est certainement pas en se cramponnant à son poste comme il le fait qu'il contribue à la bonne gestion de Montréal.
The mayor is taking a sudden leave of his job: "With his administration under fire, Montreal mayor leaves for a break." Further:
A Leger poll commissioned by the Journal de Montreal newspaper and published Thursday showed 76 per cent of respondents think Tremblay should quit his post.
Might he be on the verge of taking a longer vacation than an extended long weekend? Things could be moving faster than expected for keen federal observers of all varieties.